L’héritage de Stephen Hawking – Théâtre jeune public

L’héritage de
Stephen Hawking

L’héritage de Stephen Hawking – Théâtre jeune public

https://fr.wikipedia.org/wiki/Stephen_Hawking

Stephen William Hawking (prononcé [ˈstiːvən ˈhɔːkɪŋ], né le 8 janvier 1942 à Oxford et mort le 14 mars 2018 à Cambridge est un physicien théoricien et cosmologiste britannique.

Georges

https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_(s%C3%A9rie_de_romans)

Georges est une série de romans britanniques de Lucy Hawking et Stephen Hawking publiés entre 2007 et 2016. Christophe Galfard a collaboré à l’écriture du premier roman.

  • Georges et les Secrets de l’univers, Pocket Jeunesse, 2007
    (George’s Secret Key to the Universe, Doubleday, 2007)
    En collaboration avec Christophe Galfard
    The main characters in the book are Susan Focker, Larry Focker, George, Eric, Annie, Dr. Reeper, and Cosmos, the world’s most powerful computer. Cosmos can draw windows allowing people to look into outer space, as well as doors which act as portals allowing travel into outer space. Written like a story, it aims to describe various aspects of the universe in a manner that is accessible to children and others new to the topic. It starts by describing atoms, stars, planets and their moons. It then goes on to describe black holes, which remains the topic of focus in the last part of the book. At frequent intervals throughout the book, there are pictures and « fact files » of the different references to universal objects, including a picture of Mars with its Moons.
  • Georges et les Trésors du cosmos, Pocket Jeunesse, 2009
    (George’s Cosmic Treasure Hunt, Doubleday, 2009)
    La famille Bellis doit partir aux États-Unis, car Eric travaille sur le projet « Homer », qui consiste en l’envoi d’un robot sur Mars. Cosmos, pourtant toujours en panne, reçoit un curieux message. Annie (la fille d’Eric) le trouve et décide d’inviter Georges pendant les vacances pour l’aider. Ensemble, ils trouvent la signification du message : allez trouver Homer sur Mars, sinon, la Terre sera détruite. Il s’ensuit alors une chasse aux trésors folle dans l’espace afin de sauver la planète Terre.
  • Georges et le Big Bang, Pocket Jeunesse, 2011
    (George and the Big Bang, Doubleday, 2011)
    It all starts with George’s pet pig Freddy being moved to a farm. Not happy with this move, George and his friend Annie search for the best place for pigs to live. They do this on Annie’s dad’s supercomputer Cosmos, which knows everything there is to know!
    https://www.theguardian.com/childrens-books-site/2013/feb/03/review-george-big-bang-lucy-stephen-hawking )
  • Georges et le Code secret, Pocket Jeunesse, 2015
    (George and the Unbreakable Code, Doubleday, 2014)
    Georges et Annie s’ennuie sur la terre ferme, ils rêvent d’aventures… Mais quand des choses étranges se produisent, comme des billets qui sortent des distributeurs, etc, ils comprennent : toutes les machines électroniques sont piratés ! Ils mènent alors l’enquête…
  • Georges et la Lune bleue, Pocket Jeunesse, 2016
    (George and the Blue Moon, Doubleday, 2016)

 

  • Il a été professeur de mathématiques à l’université de Cambridge de 1980 à 2009
  • Membre du Gonville and Caius College
  • Chercheur distingué du Perimeter Institute for Theoretical Physics. Il est connu pour ses contributions dans les domaines de la cosmologie et la gravité quantique, en particulier dans le cadre des trous noirs.
  • Son succès est également lié à ses ouvrages de vulgarisation scientifique dans lesquels il discute de ses propres théories et de la cosmologie en général, comme le best-seller Une brève histoire du temps (titre original : A Brief History of Time), qui est resté sur la liste des records des best-sellers du Sunday Times pendant 237 semaines consécutives.
  • La clé des principaux travaux scientifiques de Stephen Hawking à ce jour est fondée, en collaboration avec Roger Penrose, sur l’élaboration des théorèmes des singularités dans le cadre de la relativité générale, et la prédiction théorique que les trous noirs devraient émettre un rayonnement, aujourd’hui connu sous le nom de rayonnement de Hawking (ou parfois rayonnement de Bekenstein-Hawking).
  • Physicien théoricien de renommée mondiale, ses livres et ses apparitions publiques ont fait de lui une célébrité.
  • Il a été membre honoraire de la Royal Society of Arts et membre de l’Académie pontificale des sciences.
  • Hawking a souffert d’une forme rare – de début précoce et d’évolution lente – de sclérose latérale amyotrophique (SLA) ; sa maladie a progressé au fil des ans et l’a laissé presque complètement paralysé.

Distinctions et honneurs

1974 : membre de la Royal Society (FRS)
1975 : médaille Eddington
1976 : Prix Dannie Heineman pour la physique mathématique
1979 : médaille Albert-Einstein
1981 : médaille Franklin
1982 : commandeur de l’ordre de l’Empire britannique (CBE)
1985 : médaille d’or de la Royal Astronomical Society
1988 : prix Wolf de physique
1989 : prix Princesse des Asturies
1989 : membre de l’ordre des compagnons d’honneur (CH)
1999 : prix Lilienfeld
2006 : médaille Copley
2009 : médaille présidentielle de la Liberté
2016 : professeur honoraire de l’Institut d’astrophysique des Canaries
L’astéroïde (7672) Hawking a été nommé en son honneur.

Biographie
Enfance et études

Stephen Hawking est né le 8 janvier 1942 à Oxford, et, comme il le rappelait lui-même, il est né 300 ans après Isaac Newton, lui-même né en 1642.

Il est le fils du Dr Frank Hawking (1905-1986), un chercheur biologiste, et d’Isobel Hawking (1915-2013), une militante politique.

Il a deux jeunes sœurs, Marie et Philippa et un frère adoptif, Edward.

Les parents vivaient dans le nord de Londres jusqu’au jour où ils ont déménagé à Oxford, Isobel était alors enceinte de Stephen, et ils désiraient un endroit plus sûr pour la naissance de leur premier enfant (Londres était attaquée par la Luftwaffe). Selon l’une des publications de Hawking, un missile V-2 a explosé à quelques rues de l’endroit où ils étaient.

Après la naissance de Stephen, la famille part s’installer à Londres, où son père dirige la division de parasitologie de l’Institut national de la recherche médicale.

En 1950, toute la famille déménage à St Albans dans le Hertfordshire. C’est à l’école de cette ville qu’il poursuit sa scolarité de 1950 à 1953. Si Stephen est un bon élève, il n’est pas un élève exceptionnel.

Lorsque, plus tard, on l’interrogea pour savoir s’il y avait un professeur qui l’avait inspiré, il nomma son professeur de mathématiques, Dikran Tahta.

Il conservera un lien affectif si fort avec cette école qu’il donnera même son nom à l’une de ses quatre maisons, ainsi qu’à une série de conférences scientifiques extrascolaires.

Hawking a toujours été intéressé par la science. Il s’inscrit à l’université d’Oxford, avec l’intention d’étudier les mathématiques, bien que son père eût préféré qu’il aille en médecine. Étant donné que les mathématiques n’étaient pas proposées, Hawking choisit alors la physique. Ses intérêts au cours de cette période sont la thermodynamique, la relativité et la mécanique quantique.

« Il est uniquement nécessaire pour lui de savoir que quelque chose peut être fait, et il peut alors le faire sans chercher à voir comment d’autres personnes l’ont fait. […] Il n’a pas eu un grand nombre de livres, et il n’a pas pris de notes. Bien entendu, son esprit est complètement différent de ceux de ses contemporains. » Robert Berman

Hawking arriva alors à un examen final d’évaluation à la frontière entre les première et seconde classes d’honneur, un examen oral.

« Et bien sûr, les examinateurs ont été assez intelligents pour réaliser qu’ils parlaient à quelqu’un de plus intelligent que la plupart d’entre eux. » Robert Berman

Après avoir obtenu son diplôme B.A. à Oxford en 1962, il y reste pour étudier l’astronomie.

Il décide cependant d’arrêter, étant plus intéressé par la théorie que par l’étude des taches solaires. Il quitte Oxford, avec les honneurs, pour Trinity Hall où il participe à l’étude de l’astronomie théorique et la cosmologie théorique.

Maladie et poursuite de ses travaux

Dès son arrivée à Cambridge, il commence à développer les symptômes de la sclérose latérale amyotrophique à début limbique (appelée familièrement aux États-Unis la maladie de Lou Gehrig et en France la maladie de Charcot), une maladie des neurones moteurs qui lui enlève presque tout contrôle neuromusculaire.

Au cours de ses deux premières années à Cambridge, il ne se distingue pas, mais après la stabilisation de sa maladie et avec l’aide de son tuteur de doctorat, William Dennis Sciama, il poursuit sa thèse de doctorat. Il révèle alors qu’il ne voyait pas beaucoup l’intérêt d’obtenir un doctorat s’il devait mourir bientôt. Hawking a déclaré plus tard que le véritable tournant a été son mariage avec Jane Wilde en 1965, une étudiante en linguistique. Après avoir obtenu son doctorat, Stephen est devenu chercheur à Gonville and Caius College de Cambridge. L’étude des singularités, concept physique et astronomique récent, permet au chercheur de développer différentes théories, qui le mèneront plus tard du Big Bang aux trous noirs.

En premier lieu, Roger Penrose et Stephen Hawking construisent la structure mathématique répondant à la question d’une singularité comme origine de l’Univers.

Ensuite, à partir des années 1970, Hawking approfondit ses recherches sur les densités infinies locales, et ses études sur les trous noirs ont fait progresser bien d’autres domaines. Enfin, la théorie du tout, visant à unifier les quatre forces physiques, est au centre des dernières recherches de Hawking.

Le but est de démontrer que l’Univers peut être décrit par un modèle mathématique stable, déterminé par les lois physiques connues, en vertu du principe de croissance finie mais non bornée, modèle auquel Hawking a donné beaucoup de crédit.

Hawking a été l’un des plus jeunes membres élus de la Royal Society en 1974. Il a été fait commandeur de l’ordre de l’Empire britannique en 1982, et est devenu Compagnon d’Honneur en 1989. Hawking est un membre du Conseil des auteurs de The Bulletin of the Atomic Scientists.

Les travaux de Hawking ont été réalisés en dépit de l’aggravation de la paralysie causée par la SLA.

En 1974, il est devenu incapable de se nourrir ou de sortir du lit par lui-même, tandis que son élocution était fortement altérée par sa maladie, de sorte que seules les personnes le connaissant bien pouvaient encore le comprendre.

En 1985, il a contracté une pneumonie et a dû subir une trachéotomie pour mieux respirer, ce qui l’a rendu définitivement incapable de parler. C’est à cette époque qu’il est proposé à Jane Wilde Hawking d’éteindre la machine qui le raccroche à la vie.

De fait, les médecins n’estiment pas possible que Stephen Hawking puisse un jour se porter mieux. Pour autant Jane Wilde Hawking refuse et les médicaments font peu à peu effet et permettent à Hawking de se remettre partiellement de sa pneumonie.

Walt Waltosz, un informaticien de Californie, a construit un dispositif permettant à Hawking d’écrire sur un ordinateur avec un commutateur dans sa main, tandis qu’un synthétiseur vocal parle pour lui, lisant ce qu’il vient de taper. Ayant perdu l’usage de ses mains, il utilise à partir de 2001 les contractions d’un muscle de sa joue détectées par un capteur infrarouge fixé à une branche de ses lunettes, pouvant ainsi sélectionner les lettres une par une sur un clavier virtuel d’une tablette dont un curseur balaie en permanence l’alphabet, puis sélectionner des mots grâce à un algorithme prédictif.

Ce système lui permet d’exprimer cinq mots à la minute et de donner des cours à l’université de Cambridge jusqu’en 2009. Face à l’aggravation de son état, Intel met au point depuis une nouvelle interface de contrôle basée sur la reconnaissance faciale des mouvements de ses lèvres et sourcils. La nécessité de toujours peser ses mots (au risque d’en effacer d’autres dans le vocabulaire automatique) n’a pas nui à son style d’une grande limpidité, en particulier dans son livre Une brève histoire du temps (1988).

Hawking a cherché à vulgariser son travail, et son livre Une brève histoire du temps est l’un des plus grands succès de la littérature scientifique.

En 2001, paraît son deuxième ouvrage, L’Univers dans une coquille de noix, qui est l’exposé du dernier état de ses réflexions, où il aborde la supergravité et la supersymétrie, la théorie quantique et théorie M, l’holographie et la dualité, la théorie des supercordes et des p-branes, etc.

Il s’interroge également sur la possibilité de voyager dans le temps et sur l’existence d’univers multiples.

En 2007, il écrit un livre, avec sa fille, Georges et les Secrets de l’univers, premier tome de la série Georges qu’il écrira avec elle.

En 2009, Barack Obama lui remet la médaille présidentielle de la Liberté, la plus haute distinction civile accordée aux États-Unis.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *