Histoire de l’art mexicain

Histoire de l’art mexicain

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici un site dans lequel j’ai puisé mes informations de bases:

http://www.vivamexico.info

On y retrouve quelques articles fort intéressant sur la peinture, l’architecture et la sculpture, ainsi  qu’un catalogue d’oeuvre de l’exposition « Soleils mexicains » présentée au Musée du Petit Palais de la Ville de Paris à l’été 2000.

 

Précolombien

« Le Seigneur de la Colline » Culture Olmèque 1200-500 av. J.-C. Basalte Hauteur : 42 cm Musée d’Anthropologie de Xalapa – Université de Veracruz

Culture Olmèque

 

 

 

 

 

 

 

« Disque solaire » Avec la représentation d’un crâne humain Culture de Teotihuacán Classique récent 600-900 ap. J.-C. Pierre 125 x 105 x 27 cm Musée National d’Anthropologie de Mexico

Culture de Teotihuacán

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.vivamexico.info/Index1/exposition-soleils-mexicains-paris-2000.html
« Atlante » Culture de Toltèque Post-classique récent 1200-1521 ap. J.-C. Roche volcanique 122 x 42 x 39 cm Musée National d’Anthropologie de Mexico

Culture de Toltèque

 

 

 

 

 

 

 

http://www.vivamexico.info/Index1/exposition-soleils-mexicains-paris-2000.html
« Brasero Anthropomorphe » Culture de Mexica, vallée de Mexico Post-classique récent 1200-1521 ap. J.-C. Argile sculptée 91 x 76 x 57 cm Musée national du Virreinato, Tepotzotlán

Culture de Mexica

 

 

 

 

 

 

 

Fresque de Bonampak Chef d’œuvre de l’art Maya classique (Détail)

Culture Maya

 

 

 

 

XVI –

Simon Peyrens (1530-1589) 

Dès 1535, des artistes espagnols et européens comme le flamand Simon Peyrens s’installent au Mexique dans le grand mouvement de migration vers le Nouveau Monde. L’art est toujours dépendant de son époque et celle-ci est profondément croyante : l’art est et reste avant tout un art au service de la religion.


Cristóbal de Quesada (1897-1961)

Parece que fue el primer pintor de la Nueva España, ya que como bien se sabe Rodrigo de Cifuentes es un pintor apócrifo invento del Conde de la Cortina. Quesada fue traído por el primer virrey de Nueva España para que acompañase a Francisco Vázquez Coronado en la expedición de Cíbola y Quivira, para pintar las cosas de la tierra. Se cree que es andaluz, ya que en 1534 es mencionado un artista del mismo nombre. Llegó a México en 1538, sin embargo, perdemos toda noticia suya, y por lo desastroso de la expedición es más probable que más que pintar tratará de buscar comida o defenderse de los temibles indios.

Arte Colonial en México, Manuel Toussaint, 1962, UNAM, p. 23.

http://monasterioguadalupe.com/?page_id=132

Juan de Illescas

 

 

 

 

 

Mix Media, Ink & Acrilic. Dimension: 1 m x 1.40 m.

Bartolomé Sánchez (1950-auj.)

Bartolomé Sanchez (Born 1950), better known as Bartus Bartolomes, is an international artist born in the andean town of Pregonero, the state of Táchira in Venezuela. He is currently based in Italy and France. Bartus creates using a wide range of mediums, including painting, drawing, caricature, photography, design and even poetry. In 1969 He wrote « Kitsch Art », a manifesto promoting street artistic experimentalism.

 

 

Andrés de la Concha est un architecte et un peintre espagnol, originaire de Séville, connu entre 1567 et 1612 et a travaillé comme peintre au Mexique entre 1570 et 1612 (wiki)

Andrès de la Concha
Andrés de Concha ou Andrés de la Concha est un architecte et un peintre espagnol, originaire de Séville, connu entre 1567 et 1612 et a travaillé comme peintre au Mexique entre 1570 et 1612.

 

 

 

 

 

Tlacuilo

Le mot nahuatl « tlacuilo » (pl. « tlacuiloque ») désigne un scribe-peintre de codex mésoaméricain. À l’époque préhispanique, ils étaient membres de l’aristocratie (« pipiltin »).

 

Baltazar de Echave, « Le Vieux »

Zurbarán

José Juarez

 

« Le Christ en Croix » Sebastián López de Arteaga (1610-1656) Vers 1706 Huile sur toile 284 x 191 cm Pinacothèque Virreinal de San Diego

Sebastián López de Arteaga (1610-1656)

 

 

 

 

 

 

 

« L’arbre de vie » Christóbal de Villalpando Vers 1706 Huile sur toile 202,5 x 123,7 cm Musée Nationale de Guadalupe – Zacatecas

Christóbal de Villalpando

Rapidement, il y a eu une influence réciproque entre le Nouveau et l’Ancien monde. Dürer lui-même évoquera « ces merveilleuse œuvres d’art » ramenées par Cortès à Charles Quint et exposées dans toute l’Europe à cette époque. Les vieilles légendes indiennes et le bestiaire fantastique qui les accompagnent resurgissent après avoir été complètement effacés par les conquérants espagnols. Il faudra du temps pour découvrir enfin que ces « barbares » avaient aussi dans leurs rangs des artistes incomparables dont s’inspireront les artistes mexicains contemporains.

 

« La Vierge de Guadalupe » (+/- 1750)

« La Vierge de Guadalupe » Anonyme Milieu du XVIIIe siècle Huile sur toile 169 x 105,5 cm Pinacothèque Virreinal de San Diego

XVII –

« Dieu le Père et le Christ » Anonyme XVIIe-XVIIIe siècles Sculpture en pâte de tige de maïs et bois 122 x 90 x 130 cm Musée Franz Mayer – Mexico

« Dieu le Père et le Christ »

 

 

 

 

 

 

 


La Cathédrale de San Cristobal de Las Casas

Le XVIIe est le siècle de l’art Baroque. Cette « mode »artistique importée d’Espagne et plus précisément d’Andalousie à la fin du siècle précédent par les immigrants, va peu à peu s’imposer partout au Mexique : la richesse du pays et des aventuriers qui l’explore procurent aux artistes de nombreuses commandes. Elles doivent décorer les églises qui se bâtissent un peu partout et les intérieurs des maîtres des domaines royaux. N’oublions pas que ce siècle reste encore très porté sur la religion et de nombreux colons rendent souvent compte de leur foi en commandant des œuvres monumentales, comme le fit le fameux La Borda à Taxco, qu’ils s’empressent de présenter à leurs invités, trônant dans la plus belle salle de la maison de manière ostentatoire. Une concurrence acharnée apparaît entre les artistes et les architectes stimulant leur génie et se permettant ainsi les plus folles constructions.

Taxco de Alarcón et l’église Santa Prisca (Guerrero)

L’église baroque de Santa Prisca de Taxco de Alarcón

Ce baroque, essentiellement religieux (et souvent excessif dans l’abondance de ses décorations), permet cependant de voir enfin émerger un art « typiquement mexicain » : on pense à l’église Santa-Prisca de Taxco et à son fameux mécène français La Borda.

 

Hippolito de Rioja

 

Christóbal de Villalpando

 

Frères Correa

XVIII –

José de Ibarra (????)

que l’on surnomme le « Murillo Mexicain » par son style délicat et enthousiaste. Peintres « baroques ».

Miguel Cabrera (????)

popularise l’art du portrait. Peintre « baroques »

« Le premier miracle de la Guadalupe » Anonyme,1810, Musée de la Basilique de Guadalupe

« Le premier miracle de la Guadalupe » (1810)

 

 

 

 

 

 

« La consécration des temples païens de Mexico » José Vivar Valderrama, milieu du XVIIIe siècle Palais des beaux-arts de Mexico

José Vivar Valderrama (????)

 

 

Gines de Aguirre

 

 

Rafael Gimeno

 

Tresguerras

 

Vasquez

 

Alconedo

XIX 

« Portrait de Famille » (sans date) Hermenegildo Bustos

Hermenegildo Bustos (????)

Arrieta

Bustos Estrada

 

 

 

« Volcan Cotopaxi », Frederic E.Church

Frederic E. Church

 

 

 

 

 

 

Tomás Mondragón (milieu du XIXe siècles)

« Allégorie de la Mort – Au bord de la mort » Tomás Mondragón (milieu du XIXe siècles) 1856 Huile sur toile 160 x 125 cm Pinacothèque de La Profesora – Eglise de San Felipe Neri – Mexico

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« La Vallée de Mexico » Depuis le mont Santa Isabel José María Velasco (1840-1912) 1875 Huile sur toile 157,5 x 226 cm Musée National des beaux-arts – Mexico

José María Velasco (1840-1912)

Le célèbre Valesco peint des paysages, notamment celui du plateau de Mexico qui rappelle la vision qu’on eu les conquérants espagnols en arrivant devant la grande plaine où se trouvait Tenochtitlán, la capitale aztèque, et dont Carlos Fuentes pouvait dire qu’elle était « la région la plus pure le l’air ».

XX

 

A. Ruiz

 

G. Fernández Ledsma

 

A. Lazo

 

« Le Prisonnier »

Léopold Méndez (????)

 

 

 

 

La calavera « Catrina » (1910)

José Guadalupa Posada (1852-1913)

 

 

 

 

 

« Déclin du jour, la vague rouge » Joaquín Clausell (1866-1935) Vers 1910 Huile sur toile 100 x 150 cm Musée National des beaux-arts – Mexico

Joaquín Clausell (1866-1935)

 

 

 

 

 

 

 

« Le Paricutín » Gerardo Murillo – « Dr Atl » (1875-1964) Sans date Huile sur toile 71 x 90 cm Collection particulière

Gerardo Murillo – « Dr Atl » (1875-1964)

 

 

 

 

 

 

« Paysage du Zacatecas avec pendu » Francisco Goitia (1882 – 1960) Vers 1914 Huile sur toile 94 x 109,7 cm Musée National des beaux-arts – Mexico

Francisco Goitia (1882 – 1960)

 

 

 

 

 

 

 

« Peau Bleue » José Clemente Orozco (1883-1949) 1947 Pyroxyline sur masonite 171 x 121 cm Institut Culturel Cabañas – Guadalajara

José Clemente Orozco (1883-1949)

 

 

 

 

 

 

« La vendeuse de fleurs » – 1942

Diego Rivera (1886-1957)

 

 

Frida Kahlo

 

Remedios Varo

 

Leonora Carrington

 

Wolfgang Paalen

 

 

« Du porfirisme à la Révolution » (1957-1966) Musée nationale d’histoire de Mexico

David Alfaro Siqueiros (1896-1974)

 

 

 

 

 

« Femme » Rufino Tamayo – 1979

Rufino Tamayo (1899-1991)

Urueta

Soriano

Merida

Roberto Cortázar

Pelaez

Gunther Gerszo

Demian Flores

Boris Viskin

Pedro Coronel

Rafael Coronel

José Luis Cuevas

 

 

 

« Banc Public » 1935

Miguel Covarrubias (????)

 

 

 

 

« La Ville de Mexico » Juan O’Gorman (11905-1982) 1949 Détrempe sur masonite 66 x 122 cm Musée d’art moderne de Mexico – Mexico

Juan O’Gorman (1905-1982)

 

 

 

 

 

 

 

« Circo »

María Izquierdo (????)

 

 

 

 

« Carmen », Miguel Covarrubias ????, ???? Le Mexique abrite des artistes toujours aussi originaux qui portent en eux une spécificité créative comme le peintre Miguel Covarrubias.

Miguel Covarrubias (????)

 

 

 

 

 

 

 

 

Manuel Álvarez Bravo ( 1902-2002 )

« La buena fama durmiendo » – « La bonne renommée endormie » – Photographie de Manuel Álvarez Bravo (1938) – © Archivo Manuel Alvarez Bravo

sources:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Manuel_%C3%81lvarez_Bravo

 

 

 

 

Alberto Gironella (1929 – 1999)

« Sanda en Carmen » Alberto Gironella (1929 – 1999) Vers 1986-1988 Huile sur toile 130 x 190 cm Collection particulière (courtesy Claude Bernard Gallery – New-York)

 

 

 

 

 

 

 

 

« Arrache-toi une dent » Julio Galán (né en 1959) 1994 Huile sur toile 193 x 132 cm Musée d’art contemporain de Monterrey

Julio Galán (né en 1959)

 

 

 

 

 

 

 

« Chac » Sculpture de Federico Silva (1986) – Photo de Irina Gelbukh

Federico Silva (???)

 

 

 

 

 

« Mes mains sont mon cœur » Gabriel Orozco  1991 Montage photographique, diptyque 22,8 x 34,9 cm chaque Collection particulière (Marian Gooman Gallery – New-York)

Gabriel Orozco (né en 1962)

 

 

 

 

 

 

 

« Madurez obligada » – « Maturité nécessaire » Guillermo Gonzáles Elizondo – 2007

Guillermo Gonzáles Elizondo (????)

 

 

 

 

 

http://www.dulcepinzon.com/

Dulce Pinzon

Dulce Pinzón was born in Mexico City in 1974.

 

 

 

Enrique Metinides (1934-1997)

Biographie
Fils d’immigrants Grecs, Enrique Metinides est né le 12 février 1934 à Mexico. À l’âge de dix ans, il prend sa première photographie d’accident de la route puis publie à douze ans sa première photographie, ce qui lui vaut d’être surnommé « El Niño » (« l’enfant » en espagnol). Un an après, il intègre le journal à sensation mexicain La Prensa en tant qu’assistant photographe, journal pour lequel il collaborera jusqu’en 1997.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Enrique_Metinides

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *